SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

BEAUVAU DE LA SÉCURITÉ : LE RÉSUMÉ DES ANNONCES D'EMMANUEL MACRON

Mardi 14 Septembre - 14:02

France


Emmanuel Macron s'adresse aux Français - © TF1
En déplacement à Roubaix, Emmanuel Macron a prononcé ce mardi 14 septembre son discours de clôture du Beauvau de la sécurité.

Emmanuel Macron a indiqué ce mardi vouloir "doubler en dix ans" la présence sur le terrain des "policiers et des gendarmes" et a souhaité la mise en place de "la plainte en ligne" en 2023.

En clôture du Beauvau de la sécurité à Roubaix, le chef de l'Etat, qui a répété vouloir "plus de bleu" dans la rue, a demandé qu'une réforme des horaires des forces de sécurité soit présentée au début de l'année 2022, afin de permettre un accroissement de leur présence sur le terrain.


Un budget supplémentaire de 500 millions d'euros


Il a annoncé un budget supplémentaire de 500 millions d'euros en 2022, pour mettre en œuvre les mesures décidées lors du "Beauvau de la Sécurité", qui va renforcer les moyens des forces de l'ordre.

Au total le budget du ministère de l'Intérieur augmentera de 1,5 milliard d'euros en 2022, a annoncé le chef de l'Etat. Les 500 millions d'euros constituent une rallonge par rapport à la hausse de 900 millions annoncée par le Premier ministre Jean Castex fin juillet.

Une nouvelle instance de contrôle parlementaire


Le président de la République a par ailleurs annoncé vouloir mettre en place d'"une instance de contrôle parlementaire des forces de l'ordre", en réponse aux critiques visant l'IGPN et l'IGGN (police et gendarmerie) dont les rapports, a-t-il ajouté, seront désormais "rendus publics".

"Nous devons tendre à l'irréprochabilité (...) Quand il y a des fautes, elles doivent être sanctionnées, quand on aime nos forces de l'ordre, on ne leur passe pas tout", a souligné le chef de l'Etat en présentant les conclusions du Beauvau de la Sécurité : "Voilà pourquoi je proposerai aux présidents des chambres parlementaires que, sur le modèle de la délégation parlementaire au renseignement, soit créée une instance de contrôle parlementaire des forces de l'ordre qui pourra procéder à l'évaluation de leur action".

Une simplification des procédures pénales


Emmanuel Macron a confirmé l'élaboration d'une loi de programmation et d'orientation pour la sécurité intérieure (Lopsi), qui sera présentée début 2022.

Il a également chargé le garde des Sceaux d'engager une simplification des procédures pénales dans le cadre des états généraux de la Justice avec des premières mesures concrètes attendues d'ici à trois mois. Il faut "repenser les grands équilibres de la procédure pénale", a insisté le président de la République.


Un centre de formation sur le maintien de l'ordre


Un "centre de formation" sur le maintien de l'ordre pour les policiers, devrait prochainement voir le jour. Il vise à répondre aux critiques lors des manifestations, notamment pendant le mouvement des "gilets jaunes".

Ce centre, basé en région parisienne, sera à l'image de celui existant déjà pour les gendarmes à Saint-Astier (Dordogne).

Des nouvelles règles pour les manifestations


Le nouveau schéma national de maintien de l'ordre (SNMO) sera présenté sera présenté d'ici à novembre et posera sans "hypocrisie" des "règles" aux parties prenantes aux manifestations, dont les journalistes, a-t-il précisé, après l'annulation de plusieurs dispositions ces derniers mois.

"Je souhaite que les propositions du rapport Delarue qui ont été retenues par le Premier ministre soient mises en oeuvre dans les plus brefs délais", a-t-il ajouté.

L'uniforme des policiers va évoluer


Les policiers auront un nouveau "polo modernisé" et un calot au lieu de la casquette à partir du premier trimestre 2022. Ce nouvel uniforme, fabriqué en France et élaboré après un appel aux écoles de mode et de design, fait partie "de la considération que nous vous devons."