SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

L'AÉROPORT DE LYON PLANTERA 4.000 ARBRES PAR AN POUR COMPENSER L'ÉMISSION DE CO2

Vendredi 11 Juin - 05:30

Actu. locale


L'aéroport de Lyon Saint-Exupéry. - © Léa Duperrin / Radio Scoop
Le groupe Vinci Airports s'engage à réduire au maximum ses émissions de dioxyde de carbone dans les prochaines années. Avec la promesse de faire de l'aéroport Lyon Saint-Exupéry un leader dans le domaine.

À défaut de voir tous les avions voler au biocarburant ou même à l'hydrogène, l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry met en œuvre toute une série de mesures pour lutter contre le réchauffement climatique. L'objectif est de réduire au maximum les émissions de gaz à effet de serre à commencer par le CO2 : le site lyonnais vise "zéro émission nette" en 2026. Une première en France.

Un puits de carbone dans le Beaujolais


Changement des systèmes de chauffage et de climatisation, flotte de véhicules électriques, amélioration du tris des déchets... "Ce sont des mesures très concrètes", se réjouit le président du site lyonnais Tanguy Bertolus. "Bien sûr, il y a des attentes sociétales très fortes et nous devons y répondre. Cela passe par la décarbonation du transport aérien."

De 3.800 tonnes de CO2 émises en 2019, l'aéroport espère atteindre 400 à 500 tonnes d'ici 2026. Ce résidu de CO2 sera compensé par un projet de reforestation dans un massif du Beaujolais dans le Rhône. En tout, 4.000 arbres seront plantés chaque année en lien avec l'Office National des Forêts pour absorber l'équivalent du CO2 émis.

Autre projet de taille, le futur parc de panneaux solaires qui doit être livré d'ici deux ans. Il s'étendra sur 14 hectares, le plus grand jamais construit dans un aéroport français. De quoi alimenter l'aéroport en électricité et injecter le surplus dans le réseau.

Tout cela est-il suffisant pour répondre au défi du réchauffement climatique ?

"Il ne faut pas se désengager de la mobilité. C'est ce qui permet d'aller voir ses amis, sa famille, ça permet aux entreprises lyonnaises et de la région de créer des emplois en exportant des biens. Et si on veut que cette mobilité continue, il faut qu'elle soit durable", ajoute Nicolas Notebart, président de Vinci Airports.

La lente reprise du trafic aérien


En France, le transport aérien domestique ne représente que 1.4% des émissions nationales de CO2. Mais le trafic aérien n'a cessé de progresser sur ces dernières années, vols intérieurs compris, avant la crise sanitaire.

Cet été, 82 destinations seront proposées au départ de Lyon contre 35 à la même période l'année dernière. Toujours en dessous des des 120 destinations proposées en temps normal, en France et dans le monde.