SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

SALLES DE CONCERT CHERCHENT PUBLIC DÉSESPÉRÉMENT

Jeudi 25 Novembre - 05:00

France


Concert - © CC
Privés de concerts pendant plusieurs mois à cause des confinements successifs, les Français ne se sont pas précipités dans les salles au moment de la reprise. À part quelques exceptions, elles ont beaucoup de mal à remplir.

Les salles de concert et les artistes ne sont pas encore tirés d'affaire. De nouvelles restrictions pourraient être annoncées ce jeudi 25 novembre alors que toutes les salles en France connaissent, à de rares exceptions près, des difficultés à faire le plein.

50% de billets vendus par rapport à 2019


Certains artistes n'ont aucun problème. Le rappeur Orelsan, qui vient de sortir un nouvel album, a dû rajouter une cinquième date à Paris dans sa tournée. En Auvergne-Rhône-Alpes, les places pour le concert de -M- à La coopérative de mai de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) se sont vendus en quelques minutes.

Pour beaucoup d'autres, c'est compliqué. "Il y a quelques artistes, quelques salles sur l'ensemble du pays, qui remplissent très bien. Mais c'est irrégulier et ça ne change rien au fait que, en moyenne, on vend en ce moment à peu près la moitié de billets, en volume et en chiffres d'affaires, par rapport à ce qu'on vendait en 2019", explique Jean-Philippe Thiellay, le président du Centre national de la musique (CNM).



"En plus, les billets qui se vendent en ce moment, c'est plutôt pour la fin de l'année 2022, voire l'année 2023. Pour des grands stades, des grands événements internationaux avec des prix plutôt plus élevés. Donc cela signifie que les manifestations en ce moment, dans des petites jauges, pour des artistes qui ne sont pas des stars internationales, c'est dur", ajoute le président du CNM.

Le CNM va donc continuer à soutenir la filière, en versant des subventions, mais aussi en formant les salariés, pour renforcer les entreprises et leur permettre de s'adapter aux nouvelles habitudes des Français.

Selon une étude commandée par le ministère de la Culture à la fin de l'été 2021, seuls 4 Français sur 10 sont retournés dans les lieux culturels depuis leur réouverture.