SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

RALLONGEMENT DU CONGÉ PATERNITÉ, UNE ANNONCE QUI FAIT DÉBAT

Jeudi 24 Septembre - 05:40

Actu. locale


Bébé (illustration) - © Pxhere CC0 Domaine public
Emmanuel Macron a annoncé ce mercredi 23 septembre que le congé paternité passait de 14 à 28 jours, dont sept jours obligatoires. Une mesure qui suscite le débat.

L'annonce entrera en vigueur en juillet 2021. Les sept jours obligatoires signifient que si l'employeur oblige son salarié à venir travailler, il risque une amende de 7.500 euros.

Un soulagement pour certains. "Les onze jours, je les ai pris en plusieurs fois, et j'ai trouvé ça très court, surtout pour un premier enfant", confiait ce jeune papa clermontois ce mercredi.

"Certains avaient du mal à prendre 11 jours"


D'autres ne sont pas aussi convaincus. "J'en ai certains qui avaient déjà du mal à prendre les onze jours", argue Alexandre Santos, gérant d'une agence de communication de 24 salariés. Majoritairement trentenaires, peu seraient demandeur d'une telle durée selon lui. "Ça doit correspondre à un certain type de public, mais je ne suis pas certain que dans notre domaine, ça soit très sollicité", ajoute-t-il.

Un argument pas très convaincant pour cette maman de trois enfants : "les papas n'osent pas trop mais je pense qu'il y en a beaucoup qui aimeraient avoir un petit peu plus de jours pour créer un lien avec leur bébé".

Plus d'aides pour les remplacements


Axel Bard, lui, est patron d'une petite entreprise et papa depuis peu. Il soulève une autre problématique : "plusieurs chefs d'entreprises sont comme moi, dans la même tranche d'âge, qui ont des enfants, et on a tous le même problème : sur une gérance de société, c'est très difficile d'avoir un remplaçant", affirme-t-il.

Il souhaiterait que davantage d'aides soit mises en place. Que ce soit pour aider les patrons de petites et moyennes entreprises à prendre ce congé paternité, "pour gérer l'administratif supplémentaire ou les commandes par exemple", ou pour remplacer les salariés jeunes papas. Car embaucher quelqu'un pour 28 jours n'est pas toujours évident et se termine souvent par un surplus de travail réparti sur les autres salariés.

Les trois jours pris en charge par l'entreprise ne sont pas modifiés. Les 25 jours restants sont pris en charge par la sécurité sociale.

►France

Congé paternité obligatoire pendant sept jours

Annonce d'Emmanuel Macron à l'issue du conseil...