SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

POLLUTION : MESUREZ VOUS-MÊMES LA QUALITÉ DE L'AIR !

Lundi 21 Septembre - 05:30

Actu. locale


Le capteur Atmo. - © Léa Duperrin / Radio Scoop
À partir du lundi 21 septembre, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes lance un tout nouveau service : la captothèque. Objectif : permettre à tout le monde de mesurer la pollution de l'air qu'on respire, en observant les concentrations de particules fines grâce à un capteur mobile.

Est-ce que la pollution de l'air est plus importante quand je fais la cuisine ? Que se passe-t-il si j'aère mon logement ? L'air est-il plus pollué si je fais du vélo en ville ou si je prends le métro ? La captothèque pourra répondre à toutes ces questions.

Qu'est ce que c'est ?


La captothèque est un service proposé par Atmo, réseau de surveillance de la qualité de l'air en Auvergne-Rhône-Alpes. Un petit boîtier, connecté à votre smartphone, permet de mesurer en temps réel les concentrations en particules fines. Les mesures sont faites librement, et sont visibles par tout le monde sur le site internet dédié.

Ce service gratuit est lancé dans les métropoles de Lyon, Grenoble et Clermont-Ferrand à compter de ce lundi 21 septembre. Au total, 75 boîtiers vont être prêtés, à raison de 15 jours par usager pour permettre au plus grand nombre de participer. Il faut au préalable s'inscrire en ligne en cliquant ici, Atmo vous donne ensuite un créneau et un lieu pour venir chercher votre capteur. Une caution de 50 euros est demandée.

Comment ça marche ?


Une fois le capteur en main et l'application téléchargée, il suffit d'avoir internet, d'activer le Bluetooth et la géolocalisation. Il faut ensuite s'apparailler avec le capteur, et lancer une mesure. Cela peut être une mesure "libre", d'une durée plus moins longue allant de 5 minutes à 1 heure par exemple, ou une "mission" avec un thème imposé (intérieur, extérieur...).

Quand la mesure est terminée, il faut la nommer et lui attribuer quelques éléments de descriptions. Toutes les mesures peuvent être partagées sur le site de la captothèque et consultable par tout le monde, même sans avoir testé le capteur. Le site permet d'ailleurs d'échanger avec un chat, et de poser des questions aux ingénieurs d'Atmo.

À quoi ça sert ?


Ce que recherche Atmo, ce ne sont pas des données scientifiques. L'objectif est avant tout pédagogique, pour permettre à chacun d'observer les phénomènes de pollution autour de soi, au quotidien.

Dans les trois métropoles partenaires, des débats seront organisés pour discuter des résultats obtenus et des comportements qui accentuent ou limite la pollution de l'air.

►France

Leclerc va remplacer les sacs plastiques par de la toile de jute

Dès ce lundi, l'enseigne proposera des sacs en...