SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

NORD-ISÈRE : LES RUCHES TOMBENT DU CAMION, LE VILLAGE ENVAHI D'ABEILLES

Vendredi 13 Mai - 09:00

Actu. locale


Un essaim d'abeilles - © CC
Ce jeudi 12 mai, le village des Côtes-d'Arey, en Isère près de Vienne, a été envahi par des abeilles, un apiculteur avait laissé tomber des ruches.

Un village de l'Isère a été envahi par des abeilles qui ont piqué plusieurs dizaines de personnes, dont une quinquagénaire qui a été transportée par un apiculteur local ce jeudi 12 mai.

Ce sont des agents municipaux assurant la rentrée des classes devant l'école primaire des Côtes-d'Arey (Isère) qui ont vu tomber les ruches et rapidement prévenu la mairie.

Les élèves de primaire et maternelle "venaient de rentrer" et ont pu être immédiatement confinés, a précisé l'élu qui compte déposer une plainte.

Une quinquagénaire hospitalisée


Les essaims ont cependant fait plusieurs dizaines de blessés légers : entre "50 à 100 personnes" ont été piquées, dont une femme de 56 ans, qui a dû être hospitalisée pour une dizaine de piqûres, selon les pompiers.

Selon le maire, neuf ruches, probablement "mal arrimées" sur une remorque, se sont répandues sur près d'un kilomètre et le conducteur qui en transportait probablement "beaucoup plus" ne s'en est pas rendu compte immédiatement.

Les pompiers interviennent


Les pompiers d'une commune voisine ont rapidement fait appel à un autre apiculteur pour neutraliser les abeilles. La préfecture de l'Isère a publié un message d'alerte sur les réseaux sociaux, conseillant d'éviter "le secteur le temps de l'intervention".

Pompiers et gendarmes ont été mobilisés pour "transférer les enfants vers les lieux de cantine" à l'heure du déjeuner, a indiqué Catherine Decourt, directrice des services municipaux.

En fin d'après-midi, le village de 2.000 habitants avait "encore des abeilles un peu partout" mais les insectes devaient disparaitre "d'après les spécialistes, à la tombée de la nuit", selon le maire.