SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : UN ÉTHYLOTEST GÉANT POUR DÉTECTER LA COVID-19 DANS L'AIR EXPIRÉ

Mercredi 7 Avril - 05:01

COVID-19


L'étude clinique Covid Air est en phase d'évaluation au centre de dépistage de Gerland à Lyon. - © Valentin Chenard.
Début mars, une machine un peu spéciale a été installée au centre de dépistage de Gerland, à Lyon. Covid Air analyse les particules contenues dans l'air expiré et indique ensuite si la personne est porteuse du virus.

Il en existe seulement une quinzaine dans le monde. Cette machine, encore très coûteuse, présente plusieurs avantages. Une grande facilité d'utilisation déjà, puisqu'il suffit de souffler dans un tube. La rapidité du résultat ensuite, disponible en seulement deux minutes. Actuellement en phase de test, Air Covid pourrait rapidement se développer dans des cas très précis.

Isoler les molécules d'air expiré


"On peut imaginer en installer à l'entrée de certains stades, d'un grand cinéma ou par exemple, du centre de la Part-Dieu", explique Frédéric Laurent, responsable du dépistage externe pour les Hospices Civils de Lyon. Cela vaudrait aussi pour les salles de spectacles et les aéroports. "Pourquoi pas aussi dans les hôpitaux, pour faciliter le tri des patients."

Le tube dans lequel souffle le patient est relié à une sorte de frigo. Le principe consiste à isoler les particules expirées, celles d'une personne saine étant différentes de celles d'une personne contaminée.

L'étude clinique portée par les Hospices Civils de Lyon a pour objectif de tester la sensibilité de cette nouvelle technologie, en comparant les résultats avec ceux qui sont obtenus par la technique de référence (RT-PCR) sur un prélèvement nasopharyngé.

"Ces machines sont encore très chères, mais les résultats sont prometteurs. Si d'autres machines comme celle-ci sont fabriquées en nombre, le coût sera moins important", poursuit le Dr Frédéric Laurent. Et leur utilisation pourrait ainsi se généraliser.

Les chercheurs ne comptent pas s'arrêter là. L'objectif est d'aller encore plus loin en utilisant cette même technologie pour détecter d'autres virus respiratoires comme la grippe, ou même diagnostiquer d'autres maladies comme la légionellose ou le cancer du poumon.

Revenez plus tard pour un autre sondage ! ;)