SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LE VARIANT ANGLAIS RETROUVÉ DANS ENVIRON 1% DES TESTS POSITIFS EN FRANCE

Mardi 12 Janvier - 20:31

COVID-19


Coronavirus - Illustration - © DR
Une enquête menée la semaine dernière a estimé qu'environ 1% des tests positifs correspondaient au variant anglais de la Covid-19.

Le variant anglais, vraisemblablement plus contagieux, représente environ 1% des tests positifs à la Covid-19 en France, selon les résultats préliminaires d'une enquête menée sur deux jours la semaine passée, a indiqué ce mardi 12 janvier le ministre de la Santé, Olivier Véran.

Le virologue Bruno Lina, qui coordonne cette enquête, "me disait hier qu'il trouvait à peu près 1% de variant d'origine anglaise parmi les PCR positives en France", a affirmé Olivier Véran lors d'une audition devant la commission des affaires sociales du Sénat.

On observe "une dispersion territoriale qui fait qu'il n'y a pas de région qui concentrerait de nombreux cas", a-t-il poursuivi.

Cette enquête, dont les résultats détaillés n'ont pas encore été rendus publics, porte sur tous les tests PCR positifs à la Covid-19 pour les journées de jeudi 7 et vendredi 8 janvier. Elle a pour but d'établir "une première cartographie" de la diffusion du variant anglais en France, avait expliqué l'agence sanitaire Santé publique France vendredi.

Les prélèvements réanalysés


Dans le cadre de l'enquête, tous les prélèvements positifs de jeudi et vendredi derniers ont été réanalysés en utilisant une technique de PCR particulière, celle de l'entreprise Thermo Fischer. Contrairement à d'autres PCR, cette analyse réagit différemment si on est en présence du variant.

Après ce premier filtre, les prélèvements suspects doivent être soumis à un séquençage génétique qui détermine catégoriquement s'il s'agit ou non du variant.

"C'est une opération qui sera renouvelée très régulièrement, tous les 7 à 10 jours environ", a déclaré Olivier Véran, selon qui "c'est très intéressant, très utile", car "ça permet de surveiller s'il y a une croissance de ce variant".