SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

L'ARS DEMANDE AUX HÔPITAUX DE DÉPROGRAMMER L'ENSEMBLE DES OPÉRATIONS NON URGENTES

Mercredi 7 Avril - 11:58

COVID-19


Un bloc opératoire à l'hôpital - © Pixabay / sasint
Face à la dégradation de la situation sanitaire, l'Agence Régionale de Santé d'Auvergne-Rhône-Alpes demande ce mercredi des efforts supplémentaires dans les établissements de santé, publics et privés, pour au moins deux semaines.

La situation sanitaire continue de s'aggraver en Auvergne-Rhône-Alpes. À tel point que l'Agence Régionale de Santé (ARS) demande désormais à tous les établissements de santé publics et privés de déprogrammer toutes les interventions non urgentes ainsi que l'activité de chirurgie en ambulatoire.

Objectif : permettre d'ouvrir plus de lits pour la prise en charge de patients Covid.

Pourtant, un effort considérable a déjà été fait, puisque 852 lits sont désormais ouverts en réanimation, soit 296 de plus qu'avant la pandémie. Une première étape de déprogrammation avait déjà été engagée, notamment dans le Rhône, l'Isère et la Loire.

Des déprogrammations avant vendredi midi


Mais cela risque de ne pas suffire. Plus de 95% des lits de réanimation sont occupés dans notre région. Et les indicateurs n'incitent pas à l'optimisme.

Le taux d'incidence atteint près de 400 cas pour 100.000 habitants, le taux de positivité dépasse les 8% pour l'ensemble de la région. Les départements les plus touchés restent le Rhône et la Loire, mais la situation se dégrade aussi dans l'Ain, l'Isère et la Savoie.

Pour l'ARS, il va falloir aller très vite, les établissements de santé n'ont que jusqu'à vendredi midi pour s'organiser. Les opérations non urgentes seront donc déprogrammées pour au moins deux semaines, c'est-à-dire jusqu'au 23 avril, et une réévaluation de la situation sera effectuée régulièrement pour adapter ou non ces dispositions.

Les ressources ainsi libérées seront mises à disposition des établissements autorisés à la réanimation ou à la surveillance continue, pour augmenter la capacité de lits de soins critiques.

Revenez plus tard pour un autre sondage ! ;)