SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

HAUTE-LOIRE : EXPULSABLE, MADAMA DIAWARA A DISPARU

Vendredi 16 Avril - 07:14

Actu. locale


Un rassemblement de soutien pour Madama Diawara - © Soutien à Madama
Un jeune Malien expulsable, et assigné à résidence, a disparu, a-t-on appris jeudi auprès de sa famille d'accueil, en marge d'un rassemblement de son comité de soutien organisé au Puy-en-Velay.

La famille d'accueil de Madama Diawara, 19 ans, a déclaré avoir effectué, lundi, une "déclaration de disparition à la gendarmerie, où il doit pointer quotidiennement, du lundi au jeudi", dans le cadre d'une assignation à résidence.

La préfecture de Haute-Loire indique dans un communiqué que, n'ayant pas respecté cette obligation, "il devient désormais passible de sanctions pénales (…), soit un an d'emprisonnement".

Mardi, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand avait rejeté plusieurs requêtes en annulation du Malien et confirmé l'Obligation de quitter le territoire français (OQTF) prise à son encontre, ainsi que son assignation à résidence et son interdiction de revenir en France pendant une durée de deux ans.

"Il était terrifié à l'idée d'être expulsé"


Sa famille d'accueil a exprimé jeudi son intention de faire appel de cette décision.

Le tribunal ne s'est en revanche pas prononcé sur le refus de délivrance d'un titre de séjour par la préfecture, renvoyant cette décision à un autre tribunal, à une date non encore fixée.

"Madama était terrifié à l'idée d'être expulsé. On n'a plus de contact avec lui, il ne répond pas à nos appels", a indiqué Véronique de Marconnay, une enseignante qui abrite le Malien depuis plus de deux ans dans la région du Puy-en-Velay.

Son compagnon, Eric Durupt, a dénoncé un "gâchis humain", ainsi que "la violence de la politique migratoire", dans une déclaration lue devant un rassemblement en soutien au Malien qui a réuni une centaine de personnes devant la préfecture, selon les organisateurs (une soixantaine d'après la police).

M. Durupt a émis de sérieux doutes quant à la possibilité du jeune homme de "se réinsérer au Mali, avec ses troubles cognitifs".

La préfecture de Haute-Loire refuse de lui délivrer un titre de séjour, mettant en doute l'authenticité de son acte de naissance.