SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CORONAVIRUS SUR LE COSTA MAGICA : "ON A ÉTÉ TRAITÉS COMME DU BÉTAIL"

Mercredi 12 Aout - 06:00

Actu. locale


Le Costa Magica sur lequel Stéphanie Dubois a embarqué en février dernier - © DR
Stéphanie Dubois fait partie des 180 passagers du "Costa Magica" qui ont porté plainte contre la compagnie pour "homicides involontaires" et l'accusent de négligences dans la gestion de la crise sur ce navire.

Ce devait être des vacances de rêve. Elles ont viré au cauchemar. En février dernier Stéphanie, une Lyonnaise de 34 ans et son fils de 5 ans embarquent à bord du “Costa Magica” en Guadeloupe, pour 15 jours de croisière dans les Caraïbes.

À cette date-là, l'épidémie de Covid-19 a déjà atteint l'Europe, l'Italie notamment, mais la jeune femme a été rassurée par la compagnie, Costa Croisières, qu'elle a contactée juste avant son départ. On l'a assuré par exemple qu'il n'y aurait pas d'Italiens, ni de Chinois à bord du bateau. On lui assure aussi que la compagnie a tout prévu pour que les 2300 passagers soient en sécurité.

Très vite, le bateau se voit refuser l'accès à plusieurs ports (Trinidad-et-Tobago, Grenade, La Barbade, Sainte-Lucie). On explique aux passagers que les pays concernés viennent de fermer leurs frontières à cause de la pandémie.

Des premiers passagers tombent malades. Lors d'une halte au large de la Barbade, des médecins viennent faire des tests sur le bateau (voir la photo ci-dessous), qui lève l'ancre aussitôt après. Les passagers qui ne reçoivent aucune information apprendront par la presse qu'il y a deux cas de Covid positif sur le bateau.

Au large de la Barbade, une vedette vient à la rencontre du paquebot © DR


Un équipage muré dans le silence...et dans ses bureaux


"C'est une série de négligence, ils étaient dans le déni le plus complet", relate Stéphanie. La jeune maman se demande encore pourquoi l'équipage n'a pas fait appliquer les consignes de sécurité sanitaire. "On nous a laissé errer sur le bateau, on nous a réuni dans un seul et même restaurant pour les repas. On a le sentiment à ce moment-là d'être du bétail".

Stéphanie dénonce aussi les consultations médicales sur le bateau à plus de 100 euros, le contenu de bouteilles de gel hydroalcoolique remplacé par de l'eau. Surtout c'est le silence des salariés de la compagnie "qui s'enferment dans leurs bureaux" qui choquent les passagers.

"On a été livrés à nous-mêmes, dit encore Stéphanie, ça a provoqué beaucoup d'angoisse parmi nous, il y a eu des cris, des larmes, des malaises."

Faire sanctionner la compagnie pour ses manquements


En tout 180 plaintes, dont celles des familles de trois passagers qui seraient décédés du Covid-19 ont été déposées pour "homicides et blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui" ainsi que pour "entrave aux mesures d'assistance et omission de porter secours".

"On est déterminé à faire établir la vérité, que la compagnie soit sanctionnée pour ses manquements. Les consignes des autorités françaises n'ont pas été appliquées, alors qu'elles auraient pu limiter l'impact et le nombre de victimes", ajoute Stéphanie. "Costa Croisières ne nous a pas respecté en tant qu'êtres humains, ils étaient guidés uniquement par des considérations économiques", conclue-t-elle.

Le collectif a transmis au procureur de la République un message du préfet de la Martinique, s'adressant aux passagers, leur recommandant de s'isoler dans leurs cabines. Message que l'équipage n'a jamais diffusé.



Costa Croisières s'est défendu, lundi, d'avoir négligé ou caché des informations aux passagers du Costa Magica. La compagnie, marque du numéro un mondial du secteur Carnival, reprendra début septembre ses croisières dans le monde.