SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

CITOYENS MIS À L'HONNEUR POUR LE 14 JUILLET : "ON A JUSTE FAIT NOTRE JOB"

Mardi 14 Juillet - 11:30

COVID-19


Bruno Basset dirige une société d'ambulance dans le Rhône - © Radio Scoop Céline Boucharlat
Cette année, l'Elysée a décidé de mettre à l'honneur des citoyens qui "se sont particulièrement distingués dans la lutte contre l'épidémie de Covid-19". Plusieurs habitants de la région sont conviés à la cérémonie du 14-Juillet à Paris.

Ils sont infirmiers, médecins, policiers, agents de sécurité, postiers, enseignants, membres d'association (etc...) et ils ont œuvré pendant la crise. Le Président de la République a donc souhaité que la cérémonie parisienne du 14 juillet les valorise.

Dans le Rhône, 12 personnes ont été invitées : un médecin des HCL, un médecin en EHPAD, une infirmière, une aide soignante, deux agents de l'ARS (Agence Régionale de Santé), un agent de la sécurité civile, le directeur territorial du Rhône de la Croix-Rouge, une directrice d'école primaire, un postier, un agent de sécurité et un ambulancier.

"C'est vrai que nous avons beaucoup œuvré pendant la crise", raconte Bruno Basset, à la tête d'une société d'ambulance (BPB) qui emploie 150 personnes dans le département.

"Nous avons transporté des milliers de patients en respectant des protocoles très stricts, concernant notamment la désinfection, qui rallongeaient les trajets et le temps de travail". Chaque jour, ses équipes ont réalisé près de 180 transports liés uniquement au Covid-19.

Le patron de 46 ans se souvient également de la crainte de ses collègues face à "un ennemi invisible". "Comment être certain qu'on n'allait pas l'attraper? Etre sûr de ne pas le ramener à la maison et contaminer nos proches ?" se rappelle Bruno Basset.

Cinquante de ses collaborateurs ont d'ailleurs contracté le virus et trois d'entre eux ont dû être admis en réanimation. Bruno Basset a entamé de longues démarches pour que ce soit reconnu comme maladie professionnelle. Il est bien déterminé "à aller jusqu'au bout".

Troquer le costume cravate pour la blouse d'infirmier


Au plus fort de la crise, lui qui est infirmier de formation a remis la blouse blanche. "Depuis 10 ans, je n'étais plus au quotidien dans les ambulances, que ce soit comme infirmier ou comme ambulancier. Mes collaborateurs avaient besoin d'avoir leur patron avec eux", estime-t-il. "Quand on a un âme de soignant et une formation de soignant, ce n'est pas un effort de revenir, c'est juste faire son job".

Bruno Basset qui est aussi le président l'Association de Transports Sanitaires Urgents dans le Rhône (près de 1500 salariés ainsi représentés) espère que cette cérémonie permettra de mettre en avant une profession qui a un "grand besoin de reconnaissance", selon lui.

"Je représente une profession qui a besoin d'évoluer. Il faut repenser les schémas d'organisation et les formations", conclut-il.

►Actualité locale

Cérémonie du 14 Juillet : 6 Ligériens mis à l'honneur à Paris

Le chef de l'État, Emmanuel Macron, a décidé,...