SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

14-JUILLET : LES ARTIFICIERS AU CHÔMAGE TECHNIQUE

Mardi 14 Juillet - 05:30

Actu. locale


Un feu d'artifice - © Ville de Saint-Étienne
Ce 14 juillet 2020 sera décidément bien particulier. Au vu du contexte sanitaire, la majorité des communes a renoncé à célébrer la fête nationale avec un traditionnel feu d'artifice.

Cette année, pour le 14 juillet, il n'y aura qu'une dizaine de spectacles pyrotechniques dans chaque département d'Auvergne-Rhône-Alpes. Certaines préfectures ont même souhaité garder le secret sur les villes proposant les feux d'artifices fin d'éviter des rassemblements trop importants.

L'une des victimes collatérales dans cette histoire, c'est la profession d'artificier. Laurent Servière est le gérant de la société Arsotec Pyrotechnie, installée à Saint-Christophe-en-Dolaison en Haute-Loire. En temps normal, son entreprise organise près de 150 feux d'artifices dans toute la région tous les ans. Mais en 2020, la donne est évidemment bien différente.

90% du chiffre d'affaires entre mai et août


"On a eu une dizaine de spectacles à organiser sur le 13 et 14 juillet. Les restrictions, nous les comprenons, elles sont dans l'intérêt de la santé des français, mais nous comprenons un peu moins qu'un feu d'artifice puisse être tiré dans une commune et pas dans une autre", explique Laurent Servière.

Les conséquences sont importantes. "Ce qu'on perd ne pourra pas être rattrapé, certaines communes font l'effort de reporter après septembre les feux d'artifices, mais toutes ne peuvent pas le faire. Et dans notre profession, on fait 90% de notre chiffre d'affaire entre mai et fin août. Pour nous, cette crise va engendrer 90% de perte de chiffre d'affaire". D'autant que les feux d'artifice ne sont pas autorisés lors des mariages, par exemple.

De leur côté, les quatre salariés d'Arsotec Pyrotechnie sont au chômage partiel. L'entrepreneur altiligérien espère éviter une seconde vague de l'épidémie pour relancer son activité à partir de l'an prochain.