SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LES 1000 PREMIERS JOURS DE L'ENFANT : UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION POUR AIDER LES PARENTS

Mercredi 27 Octobre - 05:00

Actu. locale


Un nourrisson tenant la main d'un adulte - © CC0
Les 1000 premiers jours de l'enfant, considérés comme une période clé, va faire l'objet d'une campagne de communication pour les familles et les professionnels de la petite enfance.

Des mesures comme l'allongement du congé paternité ou l'obligation d'un entretien post natal accompagnent

Là où tout commence. "Être parent, c'est aussi se poser des questions" : le gouvernement lance une campagne de communication pour aider les parents déboussolés à traverser la période clé des "1000 premiers jours de l'enfant".

Cette campagne se déclinera en novembre et décembre sur les chaînes de télévision, les radios, la presse écrite et les réseaux sociaux, et invitera jeunes et futurs parents à aller chercher des réponses sur le site 1000-premiers-jours.fr et l'application mobile.

Le Président Emmanuel Macron a fait de l'accompagnement des "1000 premiers jours de l'enfant", une période qui va de la conception aux deux ans du nourrisson, un axe majeur de sa politique familiale, basée notamment sur le rapport remis en septembre 2020 par la commission présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik.

Une période déterminante pour tout le reste de la vie


"C'est au cours de cette période que sont posées les bases de la santé, du bien-être, de l'apprentissage pour toute la vie et pour les générations suivantes. Un environnement favorable à la santé pendant ces 1000 jours, c'est une meilleure santé mentale pour la vie entière, moins de risques d'addiction, de violences subies ou commises, moins d'obésité ou de risques cardiovasculaires", a expliqué le Professeur Geneviève Chêne, directrice générale de Santé Publique France, lors d'une conférence de presse mardi.

Agir à cette période est aussi une opportunité de "réduire les écarts de santé liés à la position sociale de chacun dès l'enfance", a-t-elle observé.

Mettant en scène des parents déboussolés, les films réalisés par Thomas Lilti (Première année, Hippocrate....) seront diffusés du 3 novembre au 7 décembre sur les chaînes de télévision et les réseaux sociaux. Ils seront déclinés en spots audio pour les radios et relayés dans les journaux.

"Les parents se sentent un peu perdus, un peu submergés d'informations sur cette période. Notre rôle, comme pouvoirs publics, est d'apporter des réponses fiables et scientifiquement étayées", a expliqué le secrétaire d'État à l'Enfance Adrien Taquet.

Le site 1000-premiers-jours.fr met à disposition les informations scientifiquement validées les plus récentes, en lien avec les besoins fondamentaux de l'enfant : un environnement sain et sûr, une alimentation adaptée, des relations affectives stables et sécurisantes. Il répond notamment aux questions sur l'allaitement, les perturbateurs endocriniens, les soutiens à la parentalité, les violences éducatives...

Enfin, à partir de cette semaine les futurs parents reçoivent un livret d'information par leur Caisse d'allocation familiale dès la déclaration de grossesse.



Lutter contre le sentiment de solitude des parents avant et surtout après la grossesse


Outre cette campagne, le gouvernement entend améliorer l'accompagnement des parents, c'est "le parcours 1000 jours". Des accompagnements spécifiques en cas de prématurité ou de handicap sont prévus.

Autre objectif : faire en sorte que l'entretien prénatal précoce au 4ème mois de grossesse, pourtant obligatoire, puisse profiter à au moins 75 % de femmes.

Adrien Taquet a également annoncé qu'un "entretien postnatal obligatoire et systématique pour faire le point non pas tant sur comment va le bébé que comment va la mère" est aussi en discussion, dans le cadre du vote du projet de loi du financement de la Sécurité sociale (PLSS).

En France, 100 000 femmes, soit 15% à 20 % des jeunes mères souffrent de dépressions postpartum, qui intervient entre 5 à 12 mois après l'accouchement.

Une centaine de postes de travailleurs médicaux sociaux a été créée et 100 millions d'euros ont été investis ces trois dernières années dans la PMI (Protection Maternelle et Infantile).