SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

PRÉSIDENTIELLE 2022 : ANNE HIDALGO EN AUVERGNE-RHÔNE-ALPES CE MERCREDI

Mercredi 24 Novembre - 19:00

Actu. locale


Anne Hidalgo de passage à Saint-Étienne. - © Radio Scoop
À la peine dans les sondages, la candidate socialiste pour la prochaine élection présidentielle a passé la journée de mercredi à Saint-Étienne, dans la Loire, afin d'évoquer la semaine de 32 heures et le bien-être au travail.

Journée bien chargée pour Anne Hidalgo. La maire de Paris était à Saint-Étienne où elle a d'abord rencontré son homologue stéphanois, Gaël Perdriau, avant de se rendre au CHU de Saint-Étienne.

Un après-midi avec des entrepreneurs


L'après-midi, elle a visité les entreprises Focal, leader mondial du son et Webqam, une start-up orientée vers les nouvelles technologies.



Elle s'est notamment rendue au CHU et dans deux entreprises à la pointe de la technologie. Une étiquette "high-tech" que l'on ne colle pas forcément à Saint-Étienne ! Et cette visite dans la capitale de la Loire a été pour Anne Hidalgo l'occasion de découvrir une ville en pleine mutation, loin des clichés parisiens.

"C'est vrai que Saint-Étienne a une histoire industrielle, ouvrière et minière très importante. Mais je pense que c'est parce qu'il y a cette histoire-là que des start-up se lancent avec ces valeurs. De l'histoire industrielle à la nouvelle économie, on voit qu'il n'y a pas que des oppositions. Et c'est intéressant de voir que la ville se réinvente", analyse Anne Hidalgo.

Les 32 heures et le bien-être au travail dans les discussions


Le choix de la visite de l'entreprise Webqam n'avait d'ailleurs rien de hasardeux. Cette dernière offre des conditions particulières à ses salariés. Toboggan pour passer d'un étage à l'autre, bar, salle de concert et même... jacuzzi au sein des locaux. Le bien-être au travail sous toutes ses formes est une thématique chère à Anne Hidalgo en vue de la campagne présidentielle.

"Les dirigeants l'ont dit, ce ne sont pas des "Bisounours", mais par contre, ils se soucient du bien-être au travail et des conditions de leurs salariés. On ne peut pas réussir sans cela. Et d'ailleurs, ici, ça fonctionne (...) On vit dans un pays où on continue de penser que si on ne sort pas de l'ENA ou Polytechnique, on n'est rien. Pour moi, c'est une conviction : la valeur ajoutée passe aussi par le capital humain".

Les conditions de travail ont d'ailleurs été au cœur des échanges de la journée. Interrogée, Anne Hidalgo a notamment évoqué la semaine de travail de 32 heures. "Personnellement, j'ai milité et travaillé sur la réforme des 35 heures, à l'époque. Concernant les 32 heures, il faut rester ouvert. J'ai rencontré un restaurateur qui m'a dit que c'était le choix qu'il avait fait pour résoudre son équation économique et recruter dans un secteur qui manque de main d'œuvre. L'exemple de l'Espagne qui laisse aussi ce choix, sans forcer personne, je trouve ça très bien. Il ne faut rien imposer, mais laisser la porte ouverte", a-t-elle conclu.